Panneaux de signalisation connectés

Le syndrome de l'électroménager


Une idée vous apportant la preuve que si nos gouvernements voulaient réellement endiguer les accidents de la route, d'autres solutions évidentes pourtant, existes si on s'en donne la peine.

J'ai nommé cela : le syndrome de l'électroménager

Pourquoi donc ?

Nous savons tous, nous en avons tous fait l'expérience, de se rendre compte qu'après quelques années seulement, nos gazinières, lave-linges ou autres lave-vaisselles, tombent subitement en panne et doivent être remplacés.

Et bien, ça, c'est voulu. Les constructeurs savent fabriquer de la longévité mais ils ne le veulent pas. C'est pour faire marcher le commerce et les emplois qui en découlent.

Trouvez-vous ça normal ? Moi non.

Mais, quel rapport avec les panneaux de signalisation connectés ?

Je vais y venir mais tout d'abord, le pourquoi de mon article.

J'avais pris pour habitude d'éditer mes coups de gueule sur mon autre blog dans lequel il y a déjà plus de pages que dans celui-ci. Mais, comme il s'agit d'une idée, j'ai pensé qu'il valait mieux que je me serve de ce site là puisqu'il se nomme : " idée etc.." et que lorsqu'une idée mûri, ce genre d'article a sa place ici.

Des idées, j'en ai et c'est souvent des utopies bien qu'elles soient réalisables avec de la volonté mais hélas, nos dirigeants voient les choses autrement, ils ont cruellement besoin d'argent car ils aiment l'argent. (La plus grande de mes utopies)

Revenons à nos moutons.

Etant un professionnel de la route, je suis dans mon bon droit pour critiquer les non sens des lois qui gangrènent les automobilistes avec le tout répression qui rempli les caisses de l'Etat injustement et sous la pression des associations de lutte contre l'insécurité routière chapeauté notamment par Chantal Perrichon qui trouve toujours que l'Etat n'en fait pas assez alors que nous croulons sous les multiples possibilités d'avoir un PV et une perte de points.

Le crédo de ce genre d'association c'est faire tout pour qu'il y ait moins de morts sur les routes. Soit, vouloir qu'il y ait moins d'accidents de la route et ce qui en découle, c'est louable mais La Palice n'aurait pas dit mieux. Il n'existe personne de censé qui souhaite qu'il y ait des morts sur les routes. Les accidents de la route ne sont que la faute à pas de chance, être là au mauvais endroit et au mauvais moment. Lorsqu'on sait que la ferraille des automobiles ne fait pas bon ménage avec les êtres humains. Vous pouvez lire cet article (encore de moi)


Les panneaux de limitation de vitesse


Je ne pense pas être le seul ici à avoir eu cette lumineuse idée. Ou bien, j'ai raison de penser que nos têtes pensantes ne pensent qu'à elles et à leur porte-monnaie.

Afin qu'il n'y ait plus aucun excès de vitesse sur les routes de France et d'ailleurs, il suffit de connecter des bornes émettrices à des récepteurs qui se trouveraient placées dans tous les véhicules à moteur. Comme cela, il n'y aurait plus aucun dépassement de la vitesse autorisée. Il n'y aurait même plus besoin de panneaux, plus besoin de forces de l'ordre sur les routes, plus besoin de radars fixes ou embarqués.

D'où un énorme gain de temps et d'argent.

Par contre, l'Etat n'aurait plus de rentré d'argent provenant des innombrables PV qui nous assaillent chaque jour.

Et c'est ça le hic !

Il avait été question un moment, d'obliger les constructeurs automobiles à fabriquer un système qui briderais la vitesse mais les constructeurs n'ont pas voulus en prétextant un danger car il y a des cas où on a besoin de puissance pour, justement, éviter un accident. Le plus souvent, c'est lors des dépassements.

J'admet qu'en cas de dépassement il peut y avoir un problème. Mais si tout le monde roule à la même vitesse, fini le besoin de dépasser.


Je vous vois venir. Je n'ai pas calculé le coût d'une telle installation. Si vous lisez mon article, nul doutes qu'avec les économies engendrées on doit pouvoir s'y retrouver. La technologie existe, il reste, la volonté de nos gouvernants. Quand j'ai voulu citer en exemple les appareils électroménager, j'aurais pu ajouter le tabac, l'alcool...
Décidément, la démocratie n'existe plus. (et encore un peu de lecture en plus)

Chargement de la conversation



Domiciliation de l'auteur